L’Aplec de la Mare de Déu de Canòlich
(Le rassemblement de la Vierge de Canòlich)

Vierge de Canòlich

Le dernier samedi du mois de mai est célébré l’Aplec de Canòlich, l’une des fêtes les plus populaires et des plus importantes en Andorre pendant le printemps.

Elle est le symbole de l’identité puisqu’elle rend hommage à la Vierge de Canòlich, patronne de la ville, elle peut aussi être considérée comme l’un des premiers jours de fraternité en plein air de la Principauté. Avec le rassemblement des festivités de Meritxell, c’est l’un des événements les plus animés. D’ailleurs, ces deux pèlerinages démarrent et clôturent le cycle des rassemblements qui commencent avec le beau temps du mois de mai et prennent fin en septembre.

Le rassemblement de Canòlich a lieu depuis le XVIIIe siècle, selon les registres des manifestations de la ville de Sant Julià de Lòria, et depuis, a été célébré tous les ans sans aucune interruption et accueilli par un grand nombre de visiteurs. Ces caractéristiques apportent à cette fête les valeurs de la tradition, de la continuité, de la vitalité et de la solidarité.

Sanctuaire de Canòlich

Le Sanctuaire de Canòlich est situé à l’Ouest de Sant Julià de Lòria, à 1 635 mètres d’altitude, encadré par des bois qui appartiennent à Bixessarri, la commune de Civís, la vallée de Sant Joan Fumat ainsi que la vallée de Fontaneda.

Du fait de son emplacement, les experts affirment que le sanctuaire fait partie du groupe des sanctuaires de haute montagne, qui étaient étroitement liés à l’élevage et à la transhumance pendant l’époque médiévale. On peut également se demander, puisqu’il se situe sur un lieu de passage entre différentes villes, s’il a joué un rôle de refuge pour les voyageurs.

Légendes

Dans les Pyrénées, les images découvertes sont nombreuses, comme celle de la Vierge de Canòlich.

La légende raconte qu’un oiseau coloré aurait indiqué aux habitants du pays, plus précisément à un berger, où il voulait que l’ermitage soit construit pour être vénéré. Selon la tradition, il a été enfoui et a été découvert le 14 juillet 1223.

L’église

L’église actuelle a été élevée sur une construction de l’époque médiévale, qui a été modifiée au XVIIe siècle.

Le chœur date de 1680. La nef a été agrandie en 1879 et en 1923, la façade a été refaite. Entre 1973 et 1979, elle a également été rénovée : on y a restauré le crépit blanc qui couvrait tout les ornements à l’extérieur comme à l’intérieur. Le sanctuaire conserve un retable baroque du XVIIIe siècle ainsi que des œuvres murales en céramique, œuvre de l’artiste Sergi Mas.

Danse de la Mare de Déu de Canòlich

Il est intéressant d’observer qu’en plus des différentes traditions comme la distribution de pains bénis, les bals de sardanes ou l’interprétation des Goigs [Cantiques en l’honneur de la Vierge] au sein de l’office liturgique.

Depuis 1998, lors du 775e anniversaire de la découverte de l’image, l’Esbart Laurèdia, entité socioculturelle et folklorique de la ville, offre la Danse de la Mare de Déu de Canòlich. Depuis, cette danse a eu lieu de manière ininterrompue et est devenue une nouvelle tradition solidement enracinée dans les festivités.