La Festa Major (La Grande Fête)

Fête pour juillet

La Festa Major de Sant Julià de Lòria est toujours célébrée le dernier week-end du mois de juillet.

Nombreuses sont les activités organisées au cours des derniers jours du mois dans la ville, mais les danses occupent une place particulière en tant qu’expressions du folklore le plus vivant. Les bals et leurs musiques sont le fruit de l’imaginaire social, c’est pour cette raison qu’on leur attribue une grande valeur sociale et identitaire. Dans le cas de Sant Julià de Lòria, on peut citer la Passa, la danse Cerdà et la danse de la Marratxa, qui ont lieu le lundi de la Festa Major.

La Passa

La Passa est la première manifestation traditionnelle qui a lieu le lundi matin de la Festa Major.

C'est un défilé de jeunes couples, célibataires et non mariés, qui parcourt les rues du village. Devant le défilé se trouve le premier des couples qui envisagent de se marier au cours de l'année, tous deux deviennent les mariés les plus âgés, suivis par le reste des couples, en commençant par les plus âgés et en terminant par les plus jeunes. chaîne humaine. La Passa termine la visite sur la Plaza Mayor, où le garçon de chaque couple invite la fille à un vermouth et la fille l'invite à déjeuner chez elle.

Ball Cerdà [Danse Cerdà]

Lorsque les danseurs de la Passa arrivent à la Plaça Major, la cobla interprète la musique du Ball Cerdà [Danse Cerdà].

Les grands fadrins ou les jeunes célibataires ouvrent le bal et les femmes offrent aux hommes une barretina. La danse est une danse rythmée et à deux, comme les danses de l’époque médiévale dont les premiers documents datent du XVIIIe siècle.

El Ball de la Marratxa

De toutes les activités folkloriques et traditionnelles de la fête, le Ball de la Marratxa est la plus solennelle.

De nos jours, elle est organisée sur la Place Major le lundi de fête dans l’après-midi. Parmi toutes les danses qui ont lieu pendant la Festa Major, cette danse est la plus évocatrice de l’identité andorrane.

La Marratxa est une danse seigneuriale qui symbolise la génèse de l’ancienne coprincipauté d’Andorre. Plus particulièrement, elle représente le traité de paix de 1278 signé entre le comte de Foix et l’évêque d’Urgell, le premier Pareatge [Paréage], qui fût la genèse de notre pays.

La danse

La danse demande la présence de deux danseurs, un marié et un autre célibataire, qui porte un chapeau haut-de-forme décoré de rubans aux couleurs du drapeau andorran.

Les deux danseurs, qui représentent les deux princes, doivent chacun être entourés de trois femmes qui se donnent la main en signe de pouvoir partagé et indivisible. Les femmes représentent les six anciennes villes (qui sont sept aujourd’hui) qui formaient la Principauté. Elles portent des costumes traditionnels formés de pièces typiques comme le ret, les mitenes, les vigatanes ou encore la corbata.

Actuellement, c’est l’Esbart Laurèdia qui est chargée de maintenir, d’organiser et de conserver la danse et le costume qui l’accompagne.